Blog

Le tube digestif, quand le dehors est au dedans

Posted by on 22 Juil 2015 in naturopathie | 0 comments

Le tube digestif, quand le dehors est au dedans

Adolescent déjà et sans éducation hygiéniste quelconque, j’ai immédiatement été sensible aux principes de bases d’une vie saine. Convaincu qu’une belle mécanique ne pouvait correctement fonctionner que si elle était correctement entretenue. En effet, il est communément admis que pour bien fonctionner une machine doit être alimentée d’un carburant de bonne qualité, elle doit fonctionner en dedans de ses limites de conception, c’est-à-dire sans excès, et bien sûr maintenue « propre » pour éviter les grains de sable dans les engrenages ! Cette vision basique du bon emploi je l’appliquais jadis à l’entretien de ma bicyclette, ma guitare, pour ensuite dans la mesure du possible l’appliquer sur moi-même. Devenu naturopathe, de tous les systèmes du corps humain, c’est l’appareil digestif qui m’a immédiatement fasciné. En bon « technicien de maintenance » de cette belle mécanique j’ai étudié son fonctionnement et son environnement. Si tout le monde est convaincu que la qualité de l’alimentation est un facteur important dans le fonctionnement du tube digestif, qu’en est-il de la transformation et de l’élimination ? C’est trois paramètres sont d’importance égale pour respecter ce que l’on peut appeler « une bonne hygiène intestinale ». Je vais développer les deux derniers paramètres afin de mieux expliquer le fonctionnement complexe du tube digestif. Quels sont les troubles le plus souvent rencontrés ? Comment les éviter ou bien restaurer un fonctionnement normal ? Comment fonctionne notre appareil digestif? La littérature concernant l’anatomie et de la physiologie de l’intestin est incommensurable, notamment sur les mécanismes moteurs et chimiques des différentes phases : La phase buccale, la déglutition, la phase intestinale (grêle et côlon) et fécale. Ainsi il est aisé de trouver des ouvrages sur le fonctionnement et les particularités de : La bouche, je peux vous parler de ses 32 dents et ces trois paires de glandes salivaires. Vous démontrer facilement comment les 1,5 litres de salive quotidienne permettent d’hydrater le bol alimentaire et donc de faciliter les actions enzymatiques ultérieures. Comment la ptyaline salivaire débute la digestion des glucides, même les lipides subissent une première transformation dans la bouche. Oui je pourrai entrer dans le détail, mais de nombreux médecins et biologistes l’on déjà fait mieux que moi, en attendant que d’autre chercheurs abondent ou contredisent quelques « vérités ». Plus humblement je vous conseillerai à tous de bien mastiquer tout simplement car le premier principe de la digestion consiste à réduire la taille des aliments de manière mécanique et chimique. De plus les informations acquises à ce stade permettent à l’organisme de préparer les enzymes nécessaires à la digestion. L’estomac, ou plutôt une poche ou zone d’excroissance de l’intestin grêle. Il est composé de trois parties : le fundus, le corps ainsi que l’antre qui se termine dans la zone pylorique constituée de fibres lisses ce qui fait du pylore un sphincter anatomique. Lorsque l’estomac est vide, le pylore est ouvert et il n’y a pas de brassage stomacal. Au fur et à mesure du remplissage, les aliments descendent vers l’antre selon un gradient de densité, puis le pylore se ferme et un brassage dynamique apparait grâce à une hormone la gastrine. L’évacuation du contenu stomacal est contrôlée par le pylore qui ne laisse passer le chyme que lorsque les particules ne dépassent pas 0,5mm. A la fin de la digestion une vidange se fait quel que soit la dimension du contenu de l’estomac laissant le pancréas finir le travail, s’il le...

read more